PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Enseigner aux jeunes comment utiliser Facebook, un pas vers la bonne direction...

Depuis quelques années, les réseaux sociaux se sont installés dans notre quotidien et se sont taillé une place dans notre vocabulaire. Des gens se demandent s’ils sont amis sur Facebook ou s’invitent à se rejoindre sur Twitter.

Un réseau social se définit comme étant :« une communauté d'individus ou d'organisations en relation directe ou indirecte, rassemblée en fonction de centres d'intérêt communs, par exemple les goûts musicaux, les passions ou encore la vie professionnelle» (Journal du net).

Beaucoup d’adultes et d’adolescents sont adeptes du réseau social créé par Mark Zuckerberg : Facebook (Wikipédia). Voici une petite vidéo qui présente bien l'envergure de ce phénomène de société. Les jeunes enfants du primaire s’y familiarisent de plus en plus et maitrisent son fonctionnement. Mes parents croient que le site est inutile et dangereux pour eux et qu’ils ne devraient pas l’utiliser, mais qu’en est-il vraiment? Pour ma part, je crois que les enfants l’utilisent mal. Pourquoi? Parce que personne n’a pris le temps de leur montrer comment faire, ni leurs parents ni leurs enseignants. Tout ceci m’amène à me poser la question suivante: est-ce qu’il s’agit du rôle des enseignants d’outiller efficacement les jeunes à utiliser le réseau social Facebook? Pour répondre à cette question, les utilités du site seront d’abord proposées pour comprendre l’intérêt de celui-ci chez les jeunes. S’en suivront trois arguments qui soulèvent une réponse affirmative à la question posée et un survol des utilisations que pourraient en faire certains enseignants. Les changements apportés au site afin de le rendre plus sécuritaire complètent cet essai sur une note positive et pourraient rassurer certains parents.

À l’origine, Facebook a été mis en place pour retrouver facilement des étudiants avec lesquels les gens avaient étudié (Wikipédia). Il n’en est plus le cas aujourd’hui. Pour se construire une page sur le site, la seule condition est d’être âgé de plus de 13 ans. Or, malgré tout, plus de 750 000 enfants se sont tout de même créé une page en trafiquant leur âge (Leroy, 2007). Est-ce un crime? Je ne crois pas et je suis certaine que j’aurais fait la même chose à leur âge parce qu’il s’agit d’un site très intéressant. Facebook aide les enfants à :

« rester en contact avec leurs amis, à développer leur relation d’indépendance, d’écriture, de découverte, de sociabilité et permet aux jeunes de découvrir des aspects techniques et sociaux comme le fait de savoir se présenter » précise Cédric Deniaud (2009). Pionniers du Web 2.0, les réseaux sociaux permettent aussi, selon l'auteur Alain Lefebre : « de découvrir une facette vraiment humaine de l’Internet,de parcourir des profils très divers et encouragent des prises de contact simples et faciles » (2005, p.209).

Malgré tous les bienfaits associés à ce site, la majorité des salles de classe et des écoles en bloquent l’accès pour :

« préserver leurs salles de classe des dangers associés aux réseaux sociaux (harcèlement, brimades, publicité abusive, violence et exhibition sexuelle) » (Bramble, 2010).

Cependant, même si l’accès au site est interdit à l’école, les enfants trouvent le moyen de s’y connecter à la maison ou chez leurs amis. Alors est-ce vraiment un bon moyen de réduire les problèmes que peut occasionner Facebook? Je ne crois pas. Vous êtes-vous seulement demandé si les enfants savent comment utiliser efficacement Facebook? Vous êtes-vous seulement demandé si quelqu’un avait pris le temps de le leur montrer? Nous accusons les jeunes de mal utiliser ce site ou de divulguer des photos inappropriées, mais ils ne sont peut-être même pas conscients de faire quelque chose de mal. À qui la faute? Je crois que c’est la faute des enseignants qui ne considèrent pas qu’il s’agit de leur tâche d’initier leurs élèves aux technologies, quelles qu’elles soient. Le programme de formation de l’école québécoise stipule que l’enseignant doit aider l’enfant à :

« s’approprier les technologies de l’information et de la communication en explorant les nouvelles fonctions des logiciels et du système d’exploitation» (MELS, 2006, p.29). Il doit apprendre à utiliser efficacement des outils informatiques et à reconnaitre les avantages et les inconvénients de ceux-ci (MELS, 2006, p.29).

Facebook se trouve à être un outil informatique actuel qui est apprécié des jeunes, autant en profiter! Certaines personnes demeurent tout de même sceptiques vis-à-vis cette affirmation. Alors, jouons à un petit jeu; prenons deux dangers associés à ce site populaire et demandons-nous comment un enseignant pourrait réduire la gravité de ceux-ci! Vous verrez que les enseignants et les élèves ont tout à gagner…

Tout d’abord, certaines personnes croient que les enfants utilisent ce site à de mauvaises fins, qu’ils propagent certaines photos dites trop personnelles et qu’ils y inscrivent beaucoup d’informations sur leur vie privée (Leroy, 2010). Pour remédier à la situation, un enseignant devrait prendre le temps d’expliquer aux jeunes tous les avantages et tous les inconvénients de Facebook parce que le tout fait partie de ses tâches. De cette façon, les élèves seront plus objectifs quant à leur décision de s’ouvrir un compte. Dans le programme de formation de l’école québécoise, il est écrit que l’enfant doit être en mesure de reconnaitre les réussites et les difficultés de l’utilisation de la technologie (MELS, 2006, p.29) et c’est son enseignant qui peut lui permettre. Dans le même ordre d’idées, une explication détaillée de plusieurs applications du site est de mise. Le jeune doit apprendre comment mettre son profil confidentiel, protéger ses photos ou encore limiter l’accès à son mur. Plus spécifiquement, l’enseignant devrait expliquer quelles photos peuvent être proposées sur le mur de l’utilisateur et vice versa. Il devrait aussi insister sur le fait que certains propos ne doivent pas être divulgués sur le site (harcèlement, propos haineux envers quelqu’un) parce que les conséquences peuvent être très graves. Il pourrait même appuyer ses dires avec de bons exemples. Les enseignants doivent être à l’affût des réseaux sociaux parce qu’ils font partie de notre société actuelle. Ils doivent se renseigner sur ceux-ci et donner des conseils judicieux quant à leur utilisation. À la maison, les parents n’ont pas toujours le temps, les connaissances ou même l’intérêt d’expliquer tout ceci à leurs enfants. Or, en ayant une vue d’ensemble des avantages, des inconvénients et des particularités de Facebook, les jeunes pourront faire de meilleurs choix. Il ne s’agit pas ici d’aborder le sujet tous les jours. Je crois seulement qu’une bonne leçon sur ce réseau social les aiderait à prendre de meilleures décisions. Une feuille synthèse pourrait même être remise aux parents pour qu’ils puissent être conscientisés sur le sujet.

Dans le même ordre d’idées, certaines personnes précisent que Facebook est très dangereux pour le cyberharcèlement (Leroy, 2007). Je crois que Facebook n’est pas différent des autres sites pour enfants à ce propos. Nous devons seulement, en tant qu’enseignants, expliquer aux enfants que les offres d’amitié provenant de personnes inconnues doivent être refusées et expliquer pourquoi. Nous devons leur expliquer qu’il est important de dénoncer toutes les personnes qui utilisent ce site à de mauvaises fins parce qu’il s’agit d’un crime. Un climat de confiance entre l’enseignant et les jeunes pourrait même favoriser une meilleure communication. L’enseignant qui prend le temps d’expliquer cela démontre une grande ouverture d’esprit envers les intérêts de ses élèves et leur permettra peut-être de dénoncer certaines personnes. Il en est de même pour le vol d’identité numérique. Les jeunes doivent en connaitre les conséquences afin d’en être sensibilisés. Tel que précisé dans le cours Initiation aux technologies éducatives, ils éviteront certainement ce genre de mauvaise blague s’ils savent qu’ils peuvent être poursuivis.

Bref, les générations à venir auront envie de s’inscrire sur ce site comme le font des millions d’autres utilisateurs. Alors, pourquoi les enseignants ne l’utiliseraient-ils pas dans leurs cours? Un chercheur de la faculté de droit de Yale, Nicholas Bramble, propose une série d’activités qui pourraient intéresser les jeunes. Il croit que Facebook devrait faire l’objet de discussions dans les classes et que les enseignants pourraient demander aux enfants :

d’ « agréer des récits d’autres étudiants provenant des blogues, de Facebook et de Twitter et en faire une analyse collective en temps réel »(Bramble, 2010). Il y a tellement de possibilités pour un enseignant qui se donne la peine de « rédiger l’énergie intellectuelle et sociale que les jeunes investissent dans ces médias afin qu’elle soit dépensée dans la salle de classe plutôt qu’à l’extérieur » (Bramble, 2010). Jean Desjardins est aussi de cet avis. Cet enseignant se sert de Facebook pour :« former avec ses élèves une communauté d’apprentissage possédant des moyens efficaces pour communiquer tout en étant conscient que chacun peut apprendre des uns des autres » (2009).

Je suis en accord avec tous ces chercheurs. Je crois que tout enseignant peut utiliser ce site dans sa classe. La huitième compétence à développer en enseignement résume bien l’opinion de plusieurs chercheurs et de la mienne :

«l’enseignant doit disposer d’une vue d’ensemble des possibilités que les TIC offrent sur les plans pédagogique et didactique, notamment par l’intermédiaire des ressources d’Internet, et de savoir les intégrer de façon fonctionnelle, lorsqu’elles s’avèrent appropriées et pertinentes, dans la conception des activités d’enseignement-apprentissage» (2007).

Je crois donc qu’il s’agit de la tâche des enseignants d’initier les enfants à ce réseau social parce que les possibilités qui en naitront sont énormes. Voici deux documents qui reflètent mes propos et qui peuvent aider plusieurs enseignants: «Facebook expliqué aux enseignants, mais aux autres aussi» et «Face à face avec facebook». Le premier se trouve à être un survol pertinent du réseau social, de ses possibilités et de son fonctionnement et le deuxième est une situation d’apprentissage qui pourrait très bien être utilisée et/ou adaptée pour une classe primaire. Je crois que Facebook pourrait même aider les enfants qui ont de la difficulté en lecture et en écriture parce qu’il permet aux jeunes de s’y intéresser dans un contexte significatif. Tel que précisé dans le cours Apprentissage de la lecture et de l’écriture de Pascale Thériault, l'enfant doit pouvoir écrire et lire dans le cadre d'activités réelles et signifiantes pour lui.

Plus objectivement parlant, quelques recherches m’ont permis de découvrir que Facebook tentait de réduire certains problèmes causés par le site. Pour protéger les jeunes utilisateurs de la pédophilie, Facebook a entrepris de retirer tous les comptes d’utilisateurs contenant des liens hypertextes qui dirigeaient le visiteur vers de mauvais sites (Leduc, 2008). Bien que les résultats ne soient pas parfaits, je crois qu’il s’agit d’un bon exemple d’initiative de ce réseau social pour permettre aux jeunes enfants de se mouler au Web 2.0. Le site protège aussi les mineurs. En effet, les personnes de moins de 18 ans:

« n’apparaissent pas dans les listes publiques de recherches. La visibilité de leurs informations est limitée aux amis et leurs amis et aux réseaux, même si ces dernières sont accessibles par tout le monde» (Facebook, 2010).

Si Facebook s’accommode aux enfants et tente de les initier au site, pourquoi les enseignants ne s’accommoderaient-ils pas avec Facebook pour leur plaire?

À la lumière de cet essai, je crois qu’il est grand temps que les mentalités changent vis-à-vis des dangers d’Internet, vis-à-vis Facebook. Les enseignants doivent initier les jeunes à ce réseau social parce qu’il s’agit à la fois de leur tâche éducative et d’une façon efficace pour y développer plusieurs activités qui rejoindront les intérêts de leurs élèves. En effet, si les enseignants prenaient le temps d’expliquer le fonctionnement du site, certains problèmes avec le monde virtuel pourraient être évités. Il ne s’agit pas ici de croire que Facebook est un site parfait qui regorge uniquement d’avantages, il s’agit d’affirmer que lorsque l’on interdit l’utilisation des réseaux sociaux à l’école, on ne fait que rendre plus vide de sens le monde virtuel qui est apprécié des jeunes (Bramble, 2010). Les enseignants qui dénigrent ce type d’activité :

« affaiblissent la curiosité et la vivacité intellectuelles, supprimant l’initiative et tuant l’intérêt.»(Dewey).

Avec le Web 2.0, les enfants peuvent interagir avec les connaissances et peuvent donner leur opinion facilement. Aujourd’hui, nous parlons de Facebook. Hier, nous parlions de MSN messenger. Demain, qu’est-ce qui attend les enseignants? Nous le verrons bien assez tôt. Ce qui importera, c’est de rester ouvert d’esprit et de toujours être à l’affût parce qu'il s'agit de notre rôle d'initier les jeunes aux technologies éducatives.2939544686_2e65d34b53.jpg

Suzie Tardif. J'ai fait tous les efforts pour écrire un texte sans fautes et pour respecter les règles de la nétiquette.

Références

1-Livres

LEFEBRE, Alain (2005). Les réseaux sociaux, pivot de l’internet 2.0, Éditions M2, Paris, 211 pages.

Ministère de l’éducation (2001b). Programme de formation de l’école québécoise (version approuvée), Gouvernement du Québec, Québec, 362 pages.

2-Sites Internet

BRAMBLE, Nicholas (2010). Éducation : Facebook doit entrer à l’école, Disponible en ligne (24 septembre 2010) : www.slate.fr.

CRÉATION. La situation d’apprentissage en un coup d’œil : Face à face avec Facebook. Disponible en ligne (28 septembre 2010) : https://www9.cssmi.qc.ca/creation/cont/docs/FRAP104o_facefacefacebook.pdf?PHPSESSID=7e1994d33ce601e895e51276be03b619.

DENIAUD, Cédric (2009). Les bénéfices des réseaux sociaux pour les jeunes, Disponible en ligne (25 septembre 2010) : http://cdeniaud.canalblog.com/archives/2009/01/07/12002055.html

DESJARDINS, Jean (2009.) Notre communauté Facebook, Disponible en ligne (25 septembre 2010): http://www.facebook.com/group.php?gid=122127129149&v=info

FACEBOOK (2010). Contrôler vos infos. Disponible en ligne (29 septembre 2010) : http://www.facebook.com/#!/privacy/explanation.php

Facebook expliqué aux enseignants, mais aux autres aussi. Disponible en ligne (28 septembre 2010) : http://www.momiclic.be/IMG/pdf_Facebook_explique_aux_enseignantOK-2.pdf

JOURNAL DU NET. Réseau social, Disponible en ligne (28 septembre 2010) : http://www.journaldunet.com/encyclopedie/definition/1053/41/21/social_networking.shtml.

LEDUC, Christian (2008). Facebook veut mieux protéger les enfants, Disponible en ligne (29 septembre 2010) : http://techno.branchez-vous.com/actualite/2008/05/facebook_veut_mieux_proteger_l.html

LEROY, Marie (2007). Génération Facebook, quels risques pour votre enfant?, Disponible en ligne (28 septembre 2010) : http://www.securikids.fr/parents/maison/les-ecrans/177-generation-facebook-quels-risques-pour-votre-enfant- WIKIPÉDIA (2010). Facebook. Disponible en ligne (28 septembre 2010) : http://fr.wikipedia.org/wiki/Facebook.

WIKIPÉDIA (2010).John Dewey. Disponible en ligne (28 septembre 2010) : http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Dewey.

etu38

Auteur: etu38

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (13)

Cloé L. Cloé L. ·  07 octobre 2010, 11:09:51 PM

J'approuve les propos que tu tiens dans ton essai, car ça rejoint ce que j'évoque dans mon essai. Si les étudiants apprennent à bien s'en servir dès l'école primaire et ce de la bonne façon, cela peut contribuer à enrayer les divers problèmes qui surviennent. Il est donc à nous de bien utiliser ce site afin de pouvoir montrer l'exemple à nos jeunes.
Ceci dit, c'est un bel essai bien rédigé. Bravo!

sabrinag-s sabrinag-s ·  08 octobre 2010, 8:49:58 AM

En lisant ton essai, je constate que les enseignants ont une tâche très importante soit d'éduquer les jeunes face aux nouvelles technologies, face à Facebook. Je crois que si tous les enseignants appliquaient ce que tu dis, les situations embarrassantes, où Facebook est mal utilisé, n'arriveraient plus. Bel essai!

Marie-Pier Bérubé Marie-Pier Bérubé ·  08 octobre 2010, 10:16:22 AM

Bel essai Suzie! Je suis d'accord avec toi que les enseignants devraient informer davantage les élèves sur les réseaux sociaux. Ils devraient leur donner des outils afin de bien les utiliser. Ton opinion est claire et bien développer et ton texte était agréable à lire!
Bravo encore et bonne chance aux enseignants qui devront former les jeunes!

Suzieee Suzieee ·  08 octobre 2010, 3:14:15 PM

Merci pour vos commentaires les filles ! Je suis contente de voir que vous pensez comme moi. Lorsque j'ai commencé mes recherches, je croyais qu'on devait interdire aux enfants d'utiliser ce site parce qu'ils étaient trop jeunes... Cependant, lorsque j'ai découvert toutes les choses que l'on pouvait faire avec ce site, j'ai vite changé d'avis! J'espère juste que plusieurs enseignants mettront en pratique tout cela rapidement avant que les problèmes surviennent. Parce que si tel est le cas, la société croira qu'il est mieux d'interdire aux jeunes de s'y créer un compte et ne nous pourrons pas en exploiter toutes les possibilités.

Cindy Veilleux Cindy Veilleux ·  08 octobre 2010, 3:38:15 PM

Très bel essai Suzie!! Je suis d'accord avec ta pensée vis-à-vis Facebook et l'enseignement! Nous nous devons, en tant qu'enseignant, de trouver des méthodes pour sensibilisé les jeunes aux réseaux sociaux. Oui, il est dans notre devoir de sensibiliser nos élèves, mais jusqu'à un certain point. Je crois tout de même que les parents ont un rôle à jouer. Bravo encore pour ton essai!

Suzieee Suzieee ·  09 octobre 2010, 8:40:14 AM

Allo Cindy,

Je suis aussi d'accord que les parents ont un rôle à jouer. Par contre, je crois que ce ne sont pas tous les parents qui s'en occupent. Or, quelqu'un doit le faire. La personne la plus appropriée demeure le professeur, avec qui le jeune passe cinq jours sur sept. De cette façon, nous pouvons être certains que tout le monde comprend mieux Facebook.

Marie-Michelle Dubois Marie-Michelle Dubois ·  09 octobre 2010, 3:52:04 PM

Suzie, je te félicite pour ton essai. Tu semblais très bien documentée. J’aime beaucoup ton idée de donner une feuille synthèse aux parents pour les conscientiser. Comme on le disait dans le cours, ceux-ci sont souvent ignorants face aux technologies, ils ne connaissent peut être pas les risques que représentent les réseaux sociaux. Si non, même s’ils l’utilisent, ils n’ont peut être même pas pensé aux dangers que Facebook représentent. Il serait bien qu’ils en soient au moins avisés, cela les ferait surement réfléchir. D’un autre côté, il est vrai que si les élèves apprenaient à utiliser Facebook d’une façon pédagogique en classe et qu’ils voyaient ses bonnes utilisations, ils seraient probablement moins tentés de faire des mauvaises blagues et feraient moins de gaffes dues à une mauvaise utilisation. Je vais assurément faire de la sensibilisation lorsque j’enseignerai.

Suzieee Suzieee ·  12 octobre 2010, 10:44:35 AM

Merci Marie-Michelle, j'apprécie beaucoup ton commentaire.

Si jamais tu veux quelques idées pour faire de la sensibilisation, je t'invite à visiter cette page:
https://www9.cssmi.qc.ca/creation/c...

Il s'agit d'une leçon de création sur l'utilisation de Facebook qui peut être adaptée aux jeunes et qui nous donne quelques pistes pour expliquer le fonctionnement de Facebook.

Pierre Lachance Pierre Lachance ·  12 octobre 2010, 2:48:38 PM

Bonjour,

vous touchez à un point important, celui de demander qui doit s'occuper d'éduquer aux réseaux sociaux? L'École doit s'y mettre, tout en impliquant les parents à mon avis.

Comme je l'écris ici http://recit.org/ul/1gy, le milieu scolaire doit agir en «bon père de famille» pour protéger les enfants (et adultes) des «dangers» d'une mauvaise utilisation de ces outils technologiques.

Votre billet m'aidera à appuyer mes propos, merci.

Au plaisir.

Stéphanie Maltais Stéphanie Maltais ·  20 octobre 2010, 1:27:02 PM

Suzie, tu m'as tout à fait convaincue d'utiliser facebook dans ma future classe. Je suis d'acord avec toi sur tous les points qui sont proposés dans ton essai. Il est certain que facebook et les résaux sociaux en général font partie intégrante de nos vies et une place doit leur être réservée dans le milieu de l'éducation. Très bel essai !

Suzieee Suzieee ·  20 octobre 2010, 2:39:57 PM

Monsieur Lachance: Je crois aussi que les parents doivent éduquer leurs jeunes aux réseaux sociaux. Par contre, je crois qu'il est important que les enseignants abordent ce sujet en classe afin que tous les élèves puissent en connaitre les avantages et les désavantages. J'apprécie beaucoup votre commentaire et je vais à l'instant voir votre billet :) Merci

Stéphanie: Si je t'ai convaincue, c'est parfait ! Dernièrement, j'ai pris quelques minutes pour parler de Facebook à quelqu'un de mon entourage qui ne l'utilisait pas adéquatement et je peux avouer que certains changements sont visibles. Merci pour ton commentaire :)

Jean Desjardins Jean Desjardins ·  10 janvier 2011, 9:47:54 AM

Bonjour, encore flatté d'avoir été mentionné dans votre étude. Le lien qui me concerne est toutefois périmé. En effet, on s'apercevait récemment que Facebook empêchait désormais les liens directs aux groupes pour les personnes qui n'en sont pas membres (autant dire tous vos lecteurs). Le meilleur lien pour atteindre la page que vous mentionnez dans votre travail est désormais http://on.fb.me/facebookpourlecerve... ou son adresse longue.

Je devrais également ajouter que je ne suis pas « chercheur » en pédagogie mais en histoire, matière dont je suis également enseignant légalement qualifié.

Jean Desjardins Jean Desjardins ·  15 janvier 2011, 10:32:15 AM

Encore un bris de lien provoqué par facebouc! Désormais http://on.fb.me/fbpourlecerveau

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

aucune annexe



À voir également

Le premier "Salon techno-pédago" de l'UQAC

Le comité de pédagogie universitaire de l'UQAC a organisé le premier "Salon techno-pédago" de l'UQAC le 8 avril dernier. Voici ce que j'y ai présenté...

Lire la suite

Sujet des travaux de session pour le trimestre d'hiver 2011

Voici une liste de sujets que je souhaite voir traités durant le trimestre.

Lire la suite