PédagoTIC

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Discussion à propos du TBI

Le TBI semble réellement attirer mes étudiants. Je crois que c'est parce que c'est une technologie facile à intégrer puisqu'elle se greffe facilement comme un complément à l'enseignement. Lorsqu'ils me parlent des avantages, les futurs enseignants parlent très souvent du petit plus que ça apporte à des démonstrations ou aux exemples. Je demande toujours

"Et les jeunes? Sont-ils engagés?"

J'essaie évidemment de mettre en valeur qu'à moins d'avoir 6 ou 7 TBI dans la classe, il y aura toujours qu'une petite partie des apprenants qui soit engagée dans une activité d'apprentissage. Les autres? Et bien ils écoutent ou regardent... Comme si c'était l'enseignant qui parlait ou faisait une démonstration. Ça ressemble beaucoup à la méthode magistrale, non?

On me répond souvent:

Mais le TBI attire la curiosité des apprenants! Ils sont plus attentifs! Ils sont plus motivés!

Je sais qu'il est possible de tirer des avantages réels de l'usage du TBI... Cette position, je l'ai moi-même défendu dans cette très longue discussion qui impliquait beaucoup de personnes compétentes et intéressées. Mais cette position a un point faible... C'est que les TBI coutent très cher et on ne pourra jamais en avoir suffisamment pour engager réellement et optimalement toute une classe... Oui le jeune qui écoute une démonstration sur le TBI est plus engagé (parce que plus curieux et motivé) que si la démonstration avait lieu sur le tableau vert... Mais pourrions-nous être plus efficaces? Est-ce que c'est le meilleur choix de média possible?

Le seul choix valable que je connaisse qui impliquait un TBI unique, la seule situation de bonne utilisation d'un unique TBI que j'ai vu était dans un contexte particulier. L’enseignante utilisait un système d'atelier. Chaque jour, les apprenants circulaient en petits groupes entre une série d'ateliers pour faire des maths, du français, des sciences ou passer quelques instants privilégiés avec l’enseignante. Le TBI était alors situé à l'arrière de la classe et servait généralement de support à un atelier. Il était presque exclusivement manipulé par des jeunes apprenants. Le TBI devenait alors un outil réellement pratique, car il soutenait la collaboration chez des jeunes apprenants activement impliqués dans la résolution de problèmes ou dans des activités d'apprentissage.

Dans toutes les autres situations auxquelles j'ai pu assister, on aurait pu faire de meilleurs choix pédagogiques...

Comment?

En investissant l'argent dans plusieurs ordinateurs, netbook ou carrément dans du matériel pédagogique non technologique qui permette d'impliquer activement plus d'apprenants à la fois. En utilisant une méthode centrée sur les apprenants qui les engage.

Est-ce que le TBI est exclusivement un outil d'enseignement? Non! Je ne le crois pas! Mais c'est difficilement et rarement un outil d'apprentissage...

Sur cette conclusion, j'aimerais souligner qu'il y a eu plusieurs billets d'écrits au sujet du TBI sur le blogue du RECIT récemment:

Richard Ayotte semble croire que son énergie sera mieux investie ailleurs comme, par exemple, en s'occupant du manque d'éducation et d'expérience souvent associé à l'usage du Web 2.0 et des réseaux sociaux.

Steve Quirion fait ensuite une petite mise en contexte historique des TBI et présente, dans un billet "fleuve" la nature du débat et de la situation actuelle selon lui. Il poursuit quelques jours plus tard sa réflexion dans cet autre billet.

Ces trois billets sont intéressants... Mes étudiants pourraient bénéficier de les lire et d'intégrer ces propos à leurs réflexions.

pgiroux

Auteur: pgiroux

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (2)

pgiroux pgiroux ·  27 octobre 2010, 9:29:18 AM

J'ai oublié de pointer mes étudiants vers ce billet de Gilles. Il est très critique par rapport aux TBI. http://www.gilles-jobin.org/jobiner...

Pierre Lachance Pierre Lachance ·  27 octobre 2010, 9:35:03 AM

Bonjour Patrick,

ton billet illustre (mieux que je n'aurais pu le faire) ma vision de cette TIC. En fait la question à poser pour chaque TIC est: est-ce que la TIC X est la meilleure pour mon besoin?

Certaines personnes semblent se dire: comment faire répondre la TIC X à mon besoin.

C'est ce que j'essaie d'illustrer dans mon billet: http://recit.org/ul/1iz

Et tu touches un élément important, le coût vs les priorités.

Merci pour votre réflexion.

Au plaisir.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

aucune annexe



À voir également

Quand la classe inversée s'amène à l'université

Il y aura une conférence publique sur la classe inversée à l'UQAC et elle sera diffusée sur le Web!

Lire la suite

Innovation ou changement: ça ne prend parfois qu'une personne!

Je corrige actuellement les billets de mes étudiants et ça me donne des idées...

Lire la suite